Research Catalog

Histoire littéraire de Rome : de Romulus à Ovide, une culture de la traduction

Title
Histoire littéraire de Rome : de Romulus à Ovide, une culture de la traduction / Florence Dupont.
Author
Dupont, Florence
Publication
  • Malakoff : Armand Colin, [2022]
  • ©2022

Items in the Library & Off-site


About 1 Item.
Still Loading More items...

StatusFormatAccessCall NumberItem Location
TextRequest in advance ReCAP 22-112221Offsite

Details

Description
684 pages; 24 cm.
Series Statement
Collection U
Uniform Title
Collection U.
Subject
Bibliography (note)
  • Includes bibliographical references (pages 655-684).
Contents
  • Introduction : Pourquoi une histoire littéraire de Rome et non une histoire de la littérature latine ? -- Littérature latine, belles-lettres et latinae leiterae -- Retour à la culture indigène -- L'impossible littérature latine -- Quel corpus ? -- Quand commencer ? Quand s'arrêter ? -- Rome et les lettres latines -- Un accident de l'histoire romaine -- Les litterae latinae comme processus -- Que faire des historiens grecs de la république romaine ? -- Ethnopoétique des litterae latinae -- Homo sum... citer n'est pas jouer -- Arma uirumque cano... L'énonciation fictive -- Quousque tandem. Pragmatique sociale des discours politiques et philosophiques -- Des hommes et des œuvres : auctoritas et praefa270 -- Pt. 1. Comment le latin est devenu à Rome l'autre grec -- 1. Rome, ville grecque -- "Romulus parlait grec" -- Les trois hellénismes de Rome -- L'hellénisme organique de Rome : Polis hellènis -- L'Italie préromaine : une mosaïque confuse de langues et de peuples hétérogènes -- Le modèle de la polis -- Rome, une cité ouverte et bigarrée -- Une façade grecque et/ou étrusque -- Rome cité "hellénistique" -- Le nouvel hellénisme -- Vrbanitas -- Rome, cité "barbare et philhellène" -- Philhellénisme diplomatique -- La guerre mythologique -- Des nobles romains philhellènes -- Les sénateurs romains écrivent et pensent en grec l'histoire de Rome : Fabius Pictor et les autres One siècle av. J.-C.) -- Les hellénismes barbares et les lettres grecques : mixobarbares et mixhellènes -- Massinissa ou l'impérialisme des lettres grecques et l'hellénisme numide -- L'Alexandrie de l'Oxus : hellénisme organique et hellénisme revendiqué -- Carthage ville grecque ? -- Bibliothèques puniques ? Tragédies étrusques ? Quelles "lettres barbares" ? -- Littérature punique ? -- Littérature étrusque ? -- La hiérarchie des langues dans des sociétés plurilingues -- Ecritures, langues et identités dans l'Italie préromaine -- L'hellénisation graphique de l'Italie -- L'écriture, un instrument de distinction -- Les écritures barbares et l'érosion du grec en Italie du Sud et en Sicile -- Monnaies gauloises et écritures -- Hellénisation et acculturation : un débat aux enjeux contemporains -- L'Antiquité perd sa simplicité -- L'imaginaire grec des identités barbares -- 2. Rome latine -- L'exception romaine -- Trois contre-exemples à Rome : préneste, faléries et caere -- Préneste et le parler prénestin -- Faléries et le falisque -- De Chistra à Caeres, de l'étrusque au latin -- Rome disparait de la koinè culturelle étrusco-grecque -- Le désert romain dans la nuit du Ve siècle av. J.C. -- Où est le latin archaïque ? -- Le mythe indo-européen -- Les trois latinités de Rome -- La latinitas juridique -- La latinitas linguistique -- La latinitas rituelle -- Le latin, la langue des togati -- Et la res publica créa le latin ? -- Le latin sénatorial -- Le Sénatus-consulte des Bacchanales et le décret de Paul-Émile -- La langue paternelle (Sermo patrius) -- Latin langue du ius -- La Loi des Douze Tables -- Plaute et le ius -- Le latin est le fond sonore de la vie publique : Recitatio -- Carmen ou les paroles immobiles -- Des paroles obscures -- Carmina prisca. Les Arvales et les Saliens -- Inscriptions latines dans la Rome étrusque -- Priscae litterae, priscis uerbis : un passé antérieur -- "L'histoire du latin est celle de créations volontaires" -- Le bœuf et la rose -- Appius Claudius Caecus et les limites de l'écriture -- Une alphabétisation pauvre -- La gloire aristocratique dans l'espace public : images, oralité et écriture -- La gloire en images des Fabii -- Les funérailles des gentes sous la République et l'oralité aristocratique -- Le latin triomphal -- La culture des pancartes -- L'Amphioyon de Plaute et les tables triomphales -- Les chansons de triomphe (Carmina triumphalia) -- Les dédicaces -- Le tombeau des scipions et l'invention de l'épitaphe -- Elogium -- Les Scipions -- 3. La seconde création du latin -- Les litterae latinae ont-elles commencé avec les jeux scéniques de 240 AV. J.-C. ? -- Lutatius Catulus et Plaute : la poésie érotique épure la langue -- Livius Andronicus ou Caton ? -- Quelle "song culture" pour Rome ? -- Livius Andronicus fait chanter le latin pour les dieux -- Théâtre et hellénisme -- Les jeux étrusques -- Ludi graeci : un latin musical -- Un carmen événement -- Pragmatiques romaines de la traduction -- Interpretatio et exégèse : les livres sibyllins -- De Cybèle à Magna Mater : l'altérité incluse -- Livius andronicus, traducteur du grec -- Comment fabriquer des vers latins ? -- Vers métriques grecs et vers latins (modus) -- Rythme et vers carré (Numerus et uersus quadratus) -- Les poétiques de Livius -- Livius poète tragique -- Livius traducteur de l'Odyssée -- Ennius poète tragique -- Le vers saturnien, vers libre ou fiction d'antiquaire ? -- La gloire latine des triomphateurs. Les scribae deviennent des pœtae -- Naevius et le style officiel -- Ennius, nouvel Homère et premier pœta -- Amicus doctus -- Ennius et les Muses de Fulvius Nobilior -- Le latin d'Ennius -- L'érudition alexandrine et le divertissement -- Les successeurs d'Ennius : des poètes-traducteurs -- Le latin devient enfin l'autre grec (altera litigua) : la révolution grammaticale -- Caton l'Ancien -- Caton l'Ancien fait reconnaître l'éloquence latine par les Athéniens -- Caton ouvre le chantier des litterae latinae -- La grammaire latine, une idée neuve au IIe siècle av. J.-C. -- Cratès de Mallos -- La grammatikè grecque au IIe siècle av. J.-C., une discipline reine -- Grammatica -- Vtraque lingua (rune et l'autre langue) -- Les grammatici latini créent les litterae latinae -- Grammaire et politique. Le latin des Italiens -- Professionnels, amateurs et grammairiens mondains -- Varron, litteratissimus homo -- Usage et raison -- Les mots premiers et les étymologies varroniennes (origo uerborum) -- Rome invente la Grèce pour s'inventer elle-même -- D'où vient le mot graecus ? -- Rirus graecus -- Graecari -- Caton et l'impossible hellénophobie -- Le meilleur des Grecs -- L'altérité incluse et l'altérité exclue -- Pt. 2. Textes et auteurs de caton à Ovide -- 4.
  • Les litterae latinae avant les litterae latinae -- Caton, Plaute et Térence -- Caton l'ancien, un xénophon latin ? -- Marcus Porcius crée le personnage de Caton le Sage -- La parole de Caton atrocissimus insectator (accusateur impitoyable) -- Caton fonde sa légitimité politique sur ses qualités de pater familias -- L'Économique de Xénophon à l'origine de L'Agriculture de Caton -- Les curiosités de L'Agriculture et l'énonciation en catalogue -- Caton le Jeune et les Catones -- Plaute -- Qui était Plaute ? -- Des comédies grecques en latin -- Des concours grecs aux jeux latins : barbare uertit -- Les deux grecs de Plaute -- Le code comique -- Une performance ritualisée -- Un spectacle musical : diuerbium et canticum -- Le scénario (argurnentum) et la composition par modules -- La salutatio et la rencontre : la scène comme espace de jeu -- Les rôles (personne) et les modules de jeu -- Seruus currens -- Un théâtre du jeu et de la métathéâtralité -- Ludificatio -- La métathéâtralité -- L'acteur et le personnage -- Les variations -- Le public -- Le style de Plaute et des autres poètes comiques -- Térence -- Un auteur trop littéraire ? -- Térence, Scipion, Laelius et Philus -- Le style de Térence -- Le nouveau Ménandre ? -- Le prologue de L'Andrienne : un nouveau style -- Un humour de forum -- Le poète est un personnage comique -- Ludisme et métathéâtralité chez Térence -- Le jeu physique dans les cantica -- La sententia est un pivot du jeu -- Les personnages de Térence -- Un personnage sans persona : l'eunuque -- Une prostituée au grand cœur (bona meretrix) ? -- Térence ou le jeu de la vérité -- 5. Le patronat littéraire -- Catulle, Lucrèce et Cornélius Népos -- Catulle -- Catulle poète lyrique ? -- Lusus -- Jeux de paroles -- Des amours ludiques -- Un nouveau et charmant petit livre -- Un moineau et des baisers. Les hendécasyllabes -- Le moineau -- Des millions de baisers -- Sapphô et Lesbia -- La chevelure de Bérénice -- Les épithalames. Ritournelle et autres variations -- Ritournelle -- Garçons et filles -- Poupée russe -- Les distiques élégiaques Odi et amo -- Lucrèce -- Pourquoi un poème plutôt qu'un traité en prose ? -- Monumentum -- Labor -- Lucrèce qui primus -- De l'ombre à la lumière -- Epicurea -- Une sagesse commune -- Une esthétique de science-fiction -- Allégories et mythologie : une poétique de la dénégation -- "Je cherche les mots, je cherche les vers" -- Une diction formulaire -- Les métamorphoses d'un hémistiche -- Homère et Lucrèce : ordre et beauté du langage formulaire -- Cornélius nepos -- Atticus ou la sociabilité des litterati -- Atticus : éditeur, antiquaire et philhellène -- Rome est la moitié du monde -- Exempla -- Les Vies, un genre divertissant ? -- Népos et Plutarque -- 6. Du latin sénatorial au sermo de l'otium -- Cicéron, Salluste, César -- Cicéron -- Cicéron, summus orator -- Cicéron et les litterae latinae -- Imperator ou orator ? -- Les limites de l'apprentissage : Cicéron n'est pas un "héritier" -- Summus orator, une figure nouvelle -- Cicéron patronus accusateur et défenseur -- Lire les discours de Cicéron ? -- Contre Verrès ou la métamorphose romanesque d'une accusation -- Contre Catilina ou quand les litterae latinae font l'histoire -- Pour Milon. Un fait divers de campagne électorale devient un événement littéraire -- Cicéron "compagnon de Platon" (cornes Platonis) -- La maiestas de l'orateur et les dialogues sur l'éloquence -- Philosophia -- Cicéron par Cicéron -- Des entretiens entre des amis absents (amicorum colloquia absentium) -- Vrbanitas et humanitas -- Sermo -- Le souci de soi ? -- Cicéron et la République des Lettres -- Salluste -- Primus Romana Crispus in historia (Martial, XIV, 191) -- L'historia selon Cicéron ou l'ennui de la narration -- La gloire du grand homme et celle de son historien : bene facere, bene dicere -- Salluste est-il un écrivain politique ? Les préfaces du Catilina et du Jugurtha -- Le style de Salluste -- Une composition modulaire -- Plus thucydidéen que Thucydide -- Lire Salluste dans l'Antiquité -- La parole moteur de l'histoire dans Catilina -- Serments, informations secrètes et rumeurs -- Cicéron privé de discours -- Les lettres -- César contre Caton, une antilogie thucydidéenne -- La dernière contio -- Les discours dans l'historiographie ancienne -- L'invective contre Cicéron et la guerre des media -- "Tous pourris" -- L'éloge et l'invective comme formes d'écriture -- Pourquoi tant de haine ? -- César -- César, un écrivain oublié -- Du manuel de gouvernement au mythe gaulois, les lectures politiques de La Guerre des Gaules -- Le Papyrus de César -- L'énigme des Commentaires -- La fabrication rétrospective d'une persona -- Le corpus -- Pragmatique des Commentarii -- Comment les commentarii basculèrent dans l'historia -- La lettre d'Hirtius à Balbus -- Qui est Balbus ? -- Qui est Hirtius ? -- Le projet de Balbus et d'Hirtius -- Les Commentarii de César et les Res gestae d'Auguste -- Le style de César -- Lecture du livre VII de la Guerre des Gaules -- Une partie d'échecs entre César et Vercingétorix -- Ornamenta -- Vercingétorix, sa vie, sa mort -- César, Montaigne et Montluc -- 7. La fête augustéenne -- Horace, Properce, Tibulle -- Horace -- Le chant séculaire ou la gloire du poète -- Le carmen saeculare : un rite en soi -- Un chant unique, un chant nouveau -- Des enfants chantent pour le siècle à venir -- Une prière graeco rite -- Histoire d'un succès : des uersiculi grecs à la lyrique latine -- Être ou pas un poète grec ? -- La première vie d'Horace : les Satires et les Épodes -- Des épodes dans le banquet augustéen -- La deuxième vie d'Horace : lyricus uates -- Énonciation fictive et énonciation réelle. Le rêve grec des Romains -- Les Odes d'Horace dans le banquet augustéen -- De Mécène à Melpomène -- Au banquet d'Horace -- Le nouveau Pindare ? Les odes civiques -- Les Épîtres -- Les adieux d'Horace à la poésie lyrique -- Horace grammaticus -- Properce -- Un itinéraire augustéen -- Properce, le nouveau Min-inerme ? -- Le destin d'un jeune Ombrien -- Ariane endormie au banquet augustéen -- Cynthie et Ariane, I, III -- Properce traduit Callimaque -- Il n'y a pas d'amour heureux -- D'une image à l'autre : le cycle de Cynthie -- Topologie des amores -- Tibulle -- Tibulle ou le parfait élégiaque -- Le fils de l'Élégie -- Tibulle et Messala -- Le style de Tibulle -- Aimer ou boire, pleurer ou rire, il faut choisir -- L'amour est un malheur qu'il faut endurer en chantant -- Le vert paradis des amours élégiaques -- 8.
  • Les monuments augustéens -- Virgile, Tite-Live, Ovide -- Virgile -- Virgile entre Homère et Dante -- Virgile, le maître divinisé -- Les trois vies de Virgile -- Les Bucoliques : une poésie des marges ? un art naïf ? -- Le nouveau Théocrite -- Théocrite, un art naïf -- Virgile traducteur de Théocrite -- Mystérieuses Bucoliques -- Les Bucoliques au théâtre -- Les Géorgiques, l'agriculture héroïsée -- Il faut réhabiliter Virgile agronome -- Les Géorgiques, un poème philosophique ? -- Le nouvel Hésiode -- Orphée et Eurydice ou la fabrique du mythe -- L'Énéide, un récit de fondation ou un texte fondateur ? Une politique du mythe -- L'Énéide : une révolution dans l'imaginaire romain -- De la ktisis à l'origo -- La poétique de l'origo -- Comment faire des vers homériques en latin ? -- L'"Aurore aux doigts de rose" : calque, traduction et variations -- Blocs de vers et vers inachevés -- Lire l'Énéide au Ier siècle av. J.-C. -- Graffiti virgiliens -- Lire Tite-Live -- Tite-Live n'est pas un collègue -- Un roman, une belle histoire ? -- Machiavel et Tite-Live : l'autorisation de la Liberté -- Georges Dumézil. Ludus scientiae, un jeu dangereux -- Tite-Live annaliste -- Les annales romaines -- Annalistes et historiens -- Ovide -- L'élégiaque exilé -- Les Amours -- Le contrat élégiaque -- Gambades élégiaques -- La tragédie de Médée -- Les Héroïdes ou la double illusion -- De la lettre à la tragédie -- Analyse dramaturgique de la lettre de Briséis -- Le code élégiaque -- L'Art d'aimer est un jeu de dupes -- Ovideinventé l'amour hétérosexuel ? -- Puella et uir -- Un monde sans foi ni loi -- Militia amoris -- La victoire revient toujours à la poésie -- Les Fastes : questionner les dieux -- Ovide et Callimaque : pourquoi un calendrier en vers ? -- Deux, trois ou quatre calendriers romains ? -- Février, Fastes II -- Les Métamorphoses ou la Bible des Gentils -- L'ambition d'Ovide -- La métamorphose, un mot nouveau au début de notre ère -- Toute la mythologie en réseau et en accordéon -- La création d'une mythologie bilingue -- Pythagore, la clef du texte ? De la métempsychose à la métamorphose ? -- La métamorphose comme forme poétique : des images mises en récit -- Les Tristes et les Pontiques : la poésie latine ou la mort -- Jusqu'à quand et jusqu'où une poésie de l'exil est-elle possible ? -- Les horreurs de la mer et de la terre -- Liber cherche bibliothèque désespérément -- Le blues de la mer Noire.
Call Number
ReCAP 22-112221
ISBN
9782200629359
OCLC
1333621848
Author
Dupont, Florence, author.
Title
Histoire littéraire de Rome : de Romulus à Ovide, une culture de la traduction / Florence Dupont.
Publisher
Malakoff : Armand Colin, [2022]
Copyright Date
©2022
Type of Content
text
Type of Medium
unmediated
Type of Carrier
volume
Series
Collection U
Collection U.
Bibliography
Includes bibliographical references (pages 655-684).
Summary
"Rome, dont la langue de culture fut d'abord le grec, aurait pu être un empire hellénistique comme celui du macédonien Alexandre et les lettres latines ne jamais exister. Par la création et la pratique sociale des "lettres latines", Rome s'est démarquée des autres sociétés antiques, en s'identifiant à sa langue, politique, le latin, dont l'origine reste mystérieuse. La République romaine a ainsi édifié sa propre culture littéraire - mixte, ajoutant le latin au grec - et développé en latin toutes les formes de la culture classique grecque : le théâtre, la poésie, la philosophie, l'histoire, l'éloquence et l'art de la conversation. Cette vision très concrète de l'histoire des lettres latines comme processus, en relation avec l'affirmation progressive d'une identité latine de Rome à partir du 111e siècle avant J.-C., conduit l'auteur à une relecture décapante des principaux textes latins antiques. À l'opposé d'une histoire de la "littérature latine", sous-tendue par la conception romantique de la littérature comme expression spontanée du génie national sous la figure de l'écrivain, l'auteur propose, de Romulus à Ovide, une histoire littéraire de Rome, comme il en existe une histoire militaire ou politique."--Page 4 of cover.
Biography
Florence Dupont est professeur émérite à l'Université de Paris, docteur honoris causa de l'Université de Genève. Elle est l'auteur d'une œuvre importante qui a renouvelé notre compréhension de ce qu'écrire, lire, interpréter et publier des textes littéraires signifiait dans l'Antiquité.
Research Call Number
ReCAP 22-112221
View in Legacy Catalog